Le blog de Yves Talfer

Exhumation

On trouve dans le registre paroissial d'ARDIZAS, à la date du 16 Janvier 1760, un acte peu courant, celui de l'exhumation du corps de la veuve du Seigneur de cette paroisse, morte sept ans auparavant (E Sup 1730, cliché 71/73).

Dame Marie DELBOY, veuve a fû messire Jean Pierre DE COLOMÉS baron de LA REOLE et ARDIZAS, Secrétaire du roi, étant enterrée dans l'église d'ARDIZAS annexe de COLOGNE au diocese de LOMBES le vingt d'Avril mil sept cent cinquante trois, a été exumée et transportée a l'eglise de LA RIOLE diocèse de TOULOUSE le seize du mois de Janvier mil sept cent soixante en consequence de l'ordonnance de Monseigneur l'eveque de LOMBÉS du vingt huit fr (février) mil sept cens cinquante neuf, presents le Sieur Laurent DE GUILHEMPEY et Jea(n Pie)rre BEGUÉ marchants signés avec nous.

Encore une centenaire

Tiré du registre des BMS de la paroisse d'ARDIZAS (E 1730, cliché 25/73) cet acte de décès :

Toinette DASTARAC agée d'environ cent cinq années, est decedée munie des sacrements necessaires a salut, le zeize et a été enterrée le dix sept septembre mil sept cens quarante six, dans le cimetiere de cette paroisse presents François Labrenade et Jean Delibés non signez pour ne scavoir

Cadours, ptre vic

Et du même registre mais moins précis, cet autre acte (cliché 38/73) :

Encore un centenaire

Trouvé dans le registre des BMS de Saint-Mont (32398_05) l'acte suivant :

Lan mil sept cent trente huit le vongt et sixieme jour du mois de fevrier est decedé en cette paroisse Jean Serrade veuf agé de cent et trois ans, après avoir receu les sacrements son corps a ete inhumé avec les ceremonies accoutumees dans le cimetiere de cette paroisse le vingt et septieme jour du meme mois, en foy dequoy iay signé Magenc curé

Le doyen des Français ?

Dans le registre 5 E 79 de Béraut, cliché 133, on trouve cet acte de décès de Jean DEGUAN, 117 ans environ... Un sérieux concurrent pour le titre de doyen des Français !

Balades gersoises par hunes et pigeonniers

On nous signale cette conférence qui est susceptible d'intéresser toutes les personnes sensibles à la variété et à la richesse du patrimoine Gersois


Une histoire de cœur en 1672

Les registres paroissiaux contiennent parfois des faits divers que le curé relate fidèlement : circonstances météorologiques exceptionnelles, morts violentes, événements historiques... Celui-ci s'est passé dans la paroisse de Barcelonne (du Gers), diocèse d'Auch, petite localité située sur la rive droite de l'Adour, entre Rivière (aujourd'hui Gée-Rivière) et Aire, à l'époque siège d'un évêché (aujourd'hui Aire sur l'Adour dans le département des Landes) et il s'agit d'un enterrement peu banal, celui du cœur de l'évêque d'Aire qui traversait solennellement le territoire de Barcelonne :

Un assassinat à RISCLE en 1694

Le 13 Avril 1694 fut étranglé par assassinat en sa maison vers les une heure ou deux après minuit (le) nommé Ogeron FERE actuellement consul en la ville de Riscle...

Il semblerait que l'enquête criminelle ait rapidement abouti car

Le 6 de Juin 1694 mourut Augé, laboureur prisonnier à cause accusé de meurtre, dans la prison même et fut enterré ayant été peu auparavant confessé...

Deux conversions à RISCLE en 1668

Dans le registre BMS RISCLE, récemment mis en ligne dans VISAGe, on trouve deux actes d'abjuration du Protestantisme et de conversion à la religion catholique, apostolique et romaine. Ces deux actes se suivent mais sont datés du 1er et du 16 Juin 1668, ils concernent Demoiselle Elianor DESTREMAU, qui mourut le 8 Juin, et Elie de ...

La BARTHELOTTE, arracheuse de dents

Jean Marie BARTHELOTTE est né à MAULICHÈRES, petit village près de RISCLE, le 30/04/1837 et s'y est marié le 28/04/1864 avec Sophie DHERS, née vers le 9 Mai 1842 à MERCUS-GARRABET (Ariège) et confiée à l'hospice de FOIX à l'âge d'environ 5 jours ; il est décédé à PAMIERS (Ariège) le 18/08/1881.

Ce couple exerçait en famille le métier de dentiste ambulant, autrement dit arracheur de dents, et se déclarait "mécanicien dentiste". Ils opéraient sur les foires et marchés, ou encore aux portes des églises, dans tout le Sud-Ouest. Le tarif était invariable : 20 sous la dent, mais comme la demande était forte, la situation financière de ces dentistes s'est très vite consolidée. De plus, ils étaient doués d'un excellent sens commercial et, pour attirer la clientèle (et couvrir les gémissements des patients) ils étaient accompagnés d'un orchestre de 4 musiciens dont une grosse caisse.

Décès d'une très jeune mariée

L'an mille sept cent cinquante six et le vingt cinq Juin le corps de Marie MAHÜE mariée quand elle vivait avec avec Jean St GUILHEM, décédée d'hier au Brana en cette paroisse agée de treize ans et quelques mois, munie des sacremens, a été inhumé dans l'église du Lin (Lapujolle) présens et témoins Jean BROUSTET et Barthelemi MENJOLET qui ont déclaré ne savoir signer de ce requis par moi

Syndiquer le contenu