Les Gersois émigrés en Algérie au 19ème siècle

 

1) Les condamnés à l'Algérie en 1853 dans le département du Gers, par Maurice BEL

Après le coup d'état du 2 Décembre 1851 par lequel Louis Napoléon BONAPARTE, Président de la République, prononçait la dissolution de l'Assemblée Nationale élue en 1848, une vive opposition de la part des Républicains s'est manifestée et a été très fermement réprimée. Une juridiction spéciale a été créée pour punir les opposants. Les peines infligées pouvaient aller d'une simple interdiction de séjour dans la commune de résidence à la condamnation au bagne ou même à la mort, en passant par la déportation en Algérie pour 5 ou 10 ans.

Ce document d'une centaine de pages mis en ligne sur notre site ("clic gauche" pour visualiser, et "clic droit" suivi de "enregistrer sous..." pour télécharger) dresse la liste de tous ces condamnés à l'Algérie qui résidaient dans le Gers. L'auteur de ce travail remarquable à également étudié ce que sont devenus ces condamnés. Vous y rencontrerez peut-être un de vos ancêtres.

 

2) Les émigrés Gersois en Algérie à la fin du 19ème siècle

Cet autre document liste les Gersois présents en Algérie vers la fin du 19ème siècle, qu'ils y aient été condamnés en 1853 ou qu'ils s'y soient établis de leur plein gré, attirés par les promesses que les différents gouvernements faisaient pour transformer ce pays en colonie de peuplement.

 

3) Passeports pour l'Algérie

Dans VISAGe on trouve enfin un certain nombre de passeports qui ont été délivrés à des Gersois en partance pour l'Algérie entre 1861 et 1866 (cote 4M99 aux AD).